Haute Autorité De Sante

"<yoastmark

Stimulation magnétique
transcrânienne dans le
traitement de la dépression
pharmaco résistante de l’adulte

Stimulation magnétique transcrânienne :Date de la saisine : 21 juin 2019 Demandeur : Caisse Nationale de l’Assurance Maladie
(CNAM)
Service : Évaluation des actes professionnels
Personne(s) chargée(s) du projet : Yann CHAMBON (chef de projet), Nadia ZEGHARI-SQUALLI
(adjoint au chef de service), Cédric CARBONNEIL (chef de service), Lina BISCOSI (assistante),
Marina RENNESSON (documentaliste), Sylvie LASCOLS (assistante documentaliste)

La méthode d’élaboration de cette note de cadrage est présentée en Annexe 1. Lors de l’examen
de la fiche méthode par le Collège de la HAS le 30 janvier 2020, celui-ci a décidé que ce sujet serait
évalué par la méthode générale d’évaluation1 d’un acte professionnel prévoyant un examen par la
Commission nationale d’évaluation des dispositifs médicaux et technologies de santé (CNEDiMTS)
et une validation par le Collège de la HAS.
1. Présentation et périmètre
Les données contextuelles et le protocole d’évaluation du présent document sont soutenus
par un examen préliminaire de la littérature synthétique la plus récente (cf. références bibliographiques) et par la consultation d’experts externes spécialistes de la dépression résistante
et/ou de l’acte à évaluer lors d’une réunion de cadrage tenue le 28 mai 2020 (cf. compte-rendu
en Annexe 2.). Une phase de relecture à distance de cette note de cadrage a enfin été réalisée
auprès de parties prenantes (cf. synthèse en Annexe 3.).
1.1. Demande
L’évaluation à venir a pour but d’apprécier le bien-fondé d’une inscription de la stimulation magnétique transcrânienne répétée (SMTr) à la Classification commune des actes médicaux (CCAM) en
vue de son remboursement par l’Assurance Maladie dans le traitement curatif de la dépression
pharmaco résistante de l’adulte et en prévention de la rechute

Stimulation magnétique transcrânienne dans la dépression pharmaco résistante de l’adulte
HAS • Stimulation magnétique transcrânienne dans le traitement de la dépression pharmaco résistante de l’adulte • octobre 2020 2
1.2. Contexte
Qu’est-ce qu’une dépression caractérisée ?
Un nouvel épisode de dépression caractérisée1 concerne chaque année 5 à 6 % de la population
adulte française, soit 2 à 3 millions de personnes (2). Environ 70 % de ces épisodes sont d’intensité modérée à sévère2 et relèvent d’une prise en charge médicamenteuse par psychotropes
3
en association à une psychothérapie (1). Une pharmacorésistance est constatée dans 35 % des
cas traités ; soit un quart de l’ensemble des épisodes dépressifs4 annuellement déclarés (6, 7).
Qu’est-ce qu’une dépression pharmacorésistante clairement établie ?
Il existe une large convergence entre les positions scientifiques françaises et internationales
pour définir la pharmacorésistance, clairement établie comme étant l’échec5 à au moins deux
classes d’antidépresseurs bien conduits lors d’un même épisode dépressif (cf. Annexe 4.).
La définition de pharmacorésistance, établie ci-dessus par la HAS, est tirée des recommandations
de la société savante française de psychiatrie6
, reprise récemment dans les études qui évaluent
actuellement en France l’apport clinique de la SMTr dans la dépression résistante (8, 10-12).
Cette définition retenue est également conforme aux conclusions formulées par de nombreux
experts dans des travaux collaboratifs internationaux de référence (5, 9, 13-16). Ce stade de
pharmacorésistance clairement établie est pertinent, car il entraîne un retentissement médico-sociétal7 majeur et est associé à une faible chance de réponse pharmacologique avec les lignes thérapeutiques ultérieures (2, 13, 17-19). En 3
ème et 4
ème lignes de traitement, le taux de rémission
clinique8 des symptômes dépressifs se limiterait à 15 % dans les deux cas (7). À contrario, un
échec à une première ligne thérapeutique9 étant constaté dans plus de la moitié des cas, il est question à ce stade d’une « réponse initiale inadéquate » plutôt que d’une pharmaco résistance clairement établie (5, 21-24).

Quelle est la prise en charge habituelle en cas de pharmaco résistance ?

En cas de réponse insuffisante à une ligne de traitement, différentes stratégies sont préconisées en
fonction de la nature et des lignes de psychotropes antérieurement reçues (cf. Annexe 4.) : i) l’optimisation posologique (optimisation) ; ii) le changement de classe d’antidépresseurs (switching) ;
iii) l’association de deux antidépresseurs de classe différente (association/combination) ; iv) l’adjonction d’un traitement potentialisateur de l’antidépresseur déjà en place (augmentation/potentiation)
(10, 14). En cas d’urgence thérapeutique (risque suicidaire, altération de l’état général), de signes
psychotiques associés ou de pharmaco résistance très avancée, le traitement de neurostimulation

Dr. IDRISSI OUKILI Saad 

psychiatre addictologue psychothérapeute

Fès

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.